Trop cool pour Internet Explorer
Juil 20

C’était le 8 et 9 juillet dernier que la riante bourgade d’Amnéville (Moselle, 10 000 habitants) a eu la joie d’accueillir une horde de fans de métal déchaînés. Dont moi. C’était en effet là que le sort (et les organisateurs, probablement) avait décidé qu’ait lieu l’événement metallistique de l’année : la venue pour la première fois en France du Big Four.

Pour toi, là-bas au fond, le Big Four of Thrash est le surnom que nous, les secoueurs de tête, donnons aux 4 pilliers du thrash américain, à savoir Anthrax, Megadeth, Slayer et Metallica.

Et la veille, en apéritif, rien de moins que Slipknot.

Autant vous dire qu’on avait sauté sur les places dès leur mise en vente et qu’on attendait ce week-end avec impatience. C’était aussi notre premier week-end sans le précieux : adieu lait, petit pot, bac à sable, bonjour bière, frites, poussière.

Je ne vais pas me lancer dans un compte rendu détaillé de chaque concert. Déjà parce que je n’ai pas été voir tous les groupes. Pour moi, un festival ce n’est pas un marathon. J’aime profiter de l’ambiance et prendre mon temps. Et puis je ne suis pas forcément fan de tous les groupes qui passent. Donc désolé Dream Theater, Airbourne, Volbeat, Diamon Head, Loudblast… mais j’étais trop occupée à passer du bon temps avec mes potes (et aussi faire la queue pour boire, manger, faire pipi…).

Et ensuite, comment bien raconter un concert ? Chaque groupe a assuré, les fans étaient bien là, je pense que tout le monde était ravi. Moi j’y suis surtout allée pour voir Slipknot et Metallica et je n’ai pas du tout été déçue par le voyage. C’était énorme.

J’ai réussi à prendre quelques photos ; c’est quand même assez difficile de bien rendre compte de l’ambiance, mais voici un petit aperçu.


Gojira, fer de lance du metal français, impeccables.


Slipknot. Le show était énorme, le son mortel. L’hommage à leur bassiste Paul Gray, mort l’année dernière, était très émouvant.


Une idée de bannière pour le blog ?


Là je crois qu’on tient le t-shirt le plus classe du monde…


Mass Hysteria. Depuis le temps, les parisiens savent toujours autant remuer une foule.



Slayer. BORDEL, Slayer, quoi. Malgré l’absence de Jeff Hanneman, victime d’une grave infection du bras droit et remplacé par Gary Holt d’Exodus, le groupe continue de faire pleuvoir du sang (Raining Blood, voilà voilà…).

Je vais m’attarder un peu plus sur Metallica. Mon premier concert de Metallica. « You’re not a Metallica virgin anymore » comme dirait James Hetfield. C’est sûrement le plus gros groupe que j’ai vu sur scène, le plus connu, quoi. Jusqu’à présent, mon étalon en matière de live c’était Rammstein (que j’irai re-re-revoir à Bercy au mois de mars, mais on en reparlera). Je n’avais jamais vu de groupe qui arrive à la cheville des allemands en terme de spectacle et de présence sur scène. Et bien Metallica, c’est juste CHANMÉ. Voilà le seul mot que je trouve. AWESOME dirait Barney Stinson.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est le plaisir qu’ont les membres du groupe à être sur scène. James n’a qu’un mot à la bouche : fun. Et c’est vraiment l’impression que les Four Horsemen dégagent. Alors, peut-être que depuis toutes ces années ils arrivent juste à bien faire semblant, mais en tout cas c’est vraiment cette impression de plaisir d’être sur scène qui domine.

Allez, pour les petits curieux, je vous mets la setlist du show :
Hit the lights
Master of Puppets
Shortest Straw
Seek & Destroy
Kirk solo
Sanitarium
Ride the Lightening
the Memory Remains
All Nightmare Long
Sad but True
Rob solo
Call of Ktulu
One
For whom the bell tolls
Blackened
Kirk solo 2
Fade to Black
Enter Sandman

Helpless avec les membres de Diamond Head et d’Anthrax
Damage, Inc.
Creeping Death

Du bon son bien old school, quelques morceaux plus récents, des effets pyrotechniques et carrément un feu d’artifice complet sur One : un cocktail parfait ! Je suis maintenant impatiente que les mp3 soient disponibles sur leur site officiel (10$ le live ou 1$ le morceau), comme il le font à chacune de leur date, pour pouvoir me le repasser en boucle.

Ainsi s’est donc achevée cette première édition du Sonisphere français. Pour ceux qui veulent en savoir plus, direction le compte rendu sur le site officiel, et pas mal de photo sur leur Facebook.

écrit par Force Rose

Une réponse à “Sonisphere 2011”

  1. Beuark s'exprime :

    Pfiouuuu ça devait etre énorme.
    Je t’en avais parlé une fois et c’est vrai que Metallica en concert c’est ….. je sais pas en fait y’a pas trop de mots. Perso j’en était resté bouche bée.

    En fait dans le lot des 4, y’a qu’Anthrax que j’ai jamais vu. En meme temps c’est quand meme pas mon groupe préféré. Dommage que le prix des places soit si cher meme si au ramené au kilo c’est pas enorme, parce que je me serais bien refait Slayer pour une seconde fois cette année.

Laisser une réponse