Trop cool pour Internet Explorer
Août 14

C’était en l’an de grâce 2012, l’année de la grande guerre où les geeks cinéphiles s’affrontèrent, qui défendant Prometeus, qui the Dark Knight Rises, voire, pour les plus infâmes d’entre eux, les deux à la fois.

Quand soudain surgirent face au vent, les vrais Héros de tous les temps, sauvant ainsi le monde du vaste ennui qui le guettait : the Expendables 2.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi et, accessoirement, ma maman, the Expendables 2 est la suite de the Expendables, tiens donc, film de Sylvester Stallone sorti en 2010 et réunissant la fine fleur des acteurs de cinéma d’action des années 80.
Et par « fine fleur », j’entends bien sûr « gros gras qui tâche ».

Et comme ces petits foufous plein de muscles ne tiennent pas en place (et rapportent aussi pas mal de pognon) voici que débarque la suite. Comme le dirait Steve Austin (l’homme bionique, pas le catcheur) : le mot d’ordre est better, stronger, faster.

D’ailleurs, en parlant de Steve Austin (le catcheur, pas l’homme bionique), il ne fait plus partie du casting. Tout comme Mickey Rourke, à mon grand désarroi. Et Jet Li voit son rôle réduit au minimum vital, la caution « asiat qui tatane » échouant à Yu Nan, faisant d’une pierre deux coups avec la caution « gonzesse qu’il faut pas emmerder ».

On retrouve en revanche bien évidemment Sylvester Stallone, même s’il a laissé Simon West s’occuper de la réalisation, et Jason Stantham, très très fort avec des poings américains.
Côté rescapés encore, Dolph Lungren, dont l’accent ferait passer Arnold Schwarzenegger pour un natif d’Oxford, le Arnold Schwarzenegger en question, ainsi que Bruce Willis. Les rôles de ces deux derniers ont d’ailleurs été revus à la hausse, pour mon plus grand bonheur. Et celui d’une Smart.

Côté petits nouveaux maintenant, on ne va pas y aller avec le dos de la main morte, puisqu’on accueille chaleureusement messieurs Chuck Norris et Jean-Claude Van Damme. Le premier apparaissant sur une musique d’Ennio Morricone et le second jouant le vilain du film, sous l’astucieux patronyme de… Jean Vilain.
Hashtag subtilité.

Et côté subtilité vous allez être servis, croyez-moi ! Jamais on a vu auparavant telle débauche de testostérone, d’explosions, de coups de feu, de fusils à pompes, de mitraillettes, de bazookas, de tanks… mais pas de grossièretés. Jamais. Même pas un petit « motherfucker« , rien, que dalle. La faute à Monsieur Norris qui veut bien éventrer du méchant ad libitum mais qui n’aime pas les gros mots parce qu’il est bien élevé.

Et le scénario dans tout ça ? Mais on s’en tamponne du scénario !! Une sombre histoire d’uranium planqué je ne sais où du temps de l’URSS que le vilain veut retrouver pour revendre à des encore plus vilains mais heureusement que les gentils sont là…

L’histoire n’est bien entendu qu’un vil prétexte pour permettre à nos héros préférés de cabotiner à loisir. Tu veux des clins d’œil ? T’auras des gros coups de coude ! Du « I’ll be back« , du « Yeepeekai » et même un Chuck Norris fact par Chuck Norris himself !

The Expendables 2 est une grosse gourmandise que l’on dévore goulûment, sans honte et sans retenue. C’est gras, ça dégouline et on en redemande : jouissif.

Des noms commencent déjà à circuler pour le casting de The Expendables 3 (car il y aura bien évidemment un 3), à savoir ceux de Nicolas Cage, Harrison Ford et Clint Eastwood. Je me permets de douter de la « nanarditude » des acteurs en question, qualité principale et essentielle à un tel projet…

Essayez donc enfin de convaincre Kurt Russel, bon sang !

écrit par Force Rose

4 réponses à “The Expendables 2”

  1. Walou s'exprime :

    Comment ça, il est pas assez nanard, mon Nicolas Cageounet?

  2. Force Rose s'exprime :

    mmmhh alors nanard, ok, mais pas assez culte à mon goût…

  3. Mutti s'exprime :

    merci pour les explications données à ta maman, ça me donnerai presque envie de le voir, malgré Stallone et Van Damme….

  4. Tchii-chan s'exprime :

    Je trouve que les apparitions de Chuck Norris sont trop éphémère c’est dommage en plus, ils lui ont donné cette image invincible répandu sur le net ce qui fait un peu cliché, mais bon ça reste un bon défouloir.

Laisser une réponse